Ligue des champions de l’AFC : la ville de Mumbai regarde l’écart de classe

Alors que le Mumbai City FC entame sa toute première saison en Ligue des champions de l’AFC, le manager Des Buckingham a offert une confrontation avec la réalité qui donne à réfléchir. L’Anglais a déclaré que la valeur financière des joueurs d’Al Shabab est 5 à 6 fois supérieure à celle de l’équipe de Mumbai City et cela devrait mettre en contexte la difficulté de ce groupe. Et pourtant, l’équipe a un objectif en tête. Gagnez un jeu.

Poursuivre l’objectif de gagner un match peut sembler légèrement défaitiste, mais si l’on considère que les équipes indiennes affrontent certaines des meilleures équipes asiatiques, pas moins que dans le plus grand tournoi de football interclubs d’Asie, l’objectif semble bien pensé.

“Les équipes que nous affronterons sont les meilleures d’Asie, ce sera donc excitant de relever ce défi. Nous avons beaucoup de joueurs qui n’ont jamais joué à ce niveau. Nous savons que nous devons être intelligents, mais en même temps, nous devons trouver une structure qui permette notre style de jeu”, a déclaré Buckingham lors d’une conférence de presse d’avant-match.

La saison dernière, le Goa FC est devenu le premier club indien à participer à la Ligue des champions asiatique. Ils ont fait match nul trois en six matchs à leurs débuts et le gardien Dheeraj Singh a effectué 26 arrêts pour remporter l’équipe de la saison. Mais Goa, une équipe qui a facilement réussi à conserver 65% de possession dans la plupart des matchs de la Super League indienne, n’a pas pu garder le ballon à plus de 35% dans toute la Ligue des champions asiatique.

En effet, le premier match de Mumbai contre Al Shabab pourrait être le plus facile de ce groupe. Le milieu de terrain argentin Ever Banega est la cheville ouvrière du club saoudien, qui dispute la Ligue des champions pour la première fois depuis 2015. Mumbai rencontre alors le légendaire Air Force Club Iraq. L’armée de l’air a remporté trois fois la Coupe de l’AFC, mais a terminé dernière de son groupe lors du dernier match de la Ligue des champions. Et puis il y a Al Jazira, le meilleur club des EAU. Al Jazira possède l’un des attaquants les plus accomplis d’Asie.

Ali Mabkhout a marqué 79 buts en 103 matches internationaux et est devenu un buteur qui a dominé l’Asie au plus haut niveau pendant une décennie. S’il y a un avantage dont les insulaires profiteront, c’est la préparation presque parfaite qu’ils ont eue avant la Ligue des champions.

Lorsque le groupe du club a été annoncé, le manager Des Buckingham avait déclaré à l’Indian Express qu’il était important pour le club de “s’adapter aux conditions de jeu sur place”. C’est exactement ce qu’ils ont fait en profitant d’un camp d’entraînement de deux semaines à Al Forsan, à Abu Dhabi, avant de se rendre à Riyad, le lieu décentralisé des matches du groupe B.

Au cours de ce camp de deux semaines, Mumbai a disputé deux matches amicaux contre les champions des Émirats arabes unis Al-Ain et l’équipe de deuxième division Al Hilal United. Étonnamment, Mumbai a battu Al-Ain 2-1 (le club de la Pro League des Émirats arabes unis manquait quatre de ses joueurs internationaux servant pour l’équipe nationale), puis a également battu Al Hilal pour clôturer un camp d’entraînement parfait.

https://platform.twitter.com/widgets.js

“Cela a donné à nos joueurs l’opportunité de découvrir le niveau de compétition ici. Cela leur a également donné l’occasion de se tester. Cela nous a donné l’opportunité de travailler notre forme et notre structure.” Il a ensuite ajouté : “Nous savons que nous devons être intelligents, mais en même temps, nous devons trouver une structure qui nous permette de jouer notre style de jeu.”

Dans la Super League indienne, Mumbai devait être une équipe compétitive après sa campagne victorieuse en championnat. Mais le changement de manager de Sergio Lobera à Buckingham, couplé à la perte de certains joueurs étrangers clés, signifiait que Mumbai n’était tout simplement pas une force avec laquelle il fallait compter cette saison.

Il est facile de regarder leurs propriétaires – City Football Group – et de penser qu’ils devraient avoir une chance de bien faire dans le groupe. Mais les règles de la Confédération asiatique de football restreignent les joueurs étrangers (pour l’instant, car cette règle devrait être bientôt supprimée) et l’écart de qualité entre certains des meilleurs joueurs indiens et les joueurs des Émirats arabes unis, d’Iran et d’Arabie saoudite est tout simplement trop grand. rupture.

Mais viser à gagner au moins un match dans leur groupe, surtout dans ce groupe avec sa riche tradition d’équipes asiatiques, devrait profiter à Mumbai.

En direct : Mumbai City FC contre Al Shabab, 22h45, Star Sports Network

Leave a Comment