Les changements en Ligue des champions pourraient ouvrir la voie à la Super League, selon un groupe de supporters

L’UEFA ouvrira la porte à la possibilité d’une Super League dans les années à venir à moins qu’elle ne renonce à son intention d’attribuer des places en Ligue des champions sur la base des performances européennes passées, a averti un chef des supporters.

Deux places pourraient être réservées dans la compétition repensée à partir de 2024 pour les équipes avec le meilleur classement par coefficient basé sur leurs résultats en Europe au cours des cinq dernières saisons.

Les deux équipes avec le score de coefficient le plus élevé terminant juste en dehors des places de qualification régulières de la Ligue des champions seraient éligibles, selon des propositions raffinées soumises aux membres de l’Association européenne des clubs par l’UEFA le mois dernier.

Le Comité exécutif de l’UEFA prendra une décision finale le 10 mai. Mais un an après que 12 clubs ont annoncé qu’ils avaient formé leur propre Super League, les supporters ont exprimé leur inquiétude quant au fait que les intérêts des grands clubs aient encore trop d’influence à l’UEFA.

Le directeur général de Football Supporters Europe, Ronan Evain, a déclaré que l’instance dirigeante doit décider si elle doit apaiser les grands clubs européens ou jouer son rôle de régulateur.

“Il y a évidemment une contradiction entre l’action collective de l’an dernier (pour bloquer la Super League) et la protection du modèle sportif européen, de l’intégrité sportive et du mérite sportif et le principe de ces coefficients”, a-t-il déclaré à l’agence de presse PA. anniversaire de la Super League commence.

“L’UEFA doit décider si elle doit apaiser les grands clubs ou répondre à leurs intérêts et préoccupations d’un côté et rester fidèle à sa position de l’année dernière. Vous ne pouvez pas gagner dans les deux sens, c’est un choix entre les deux.

Le Comité exécutif de l’UEFA a approuvé un nouveau format de 10 matchs au lieu des actuelles six et deux places de coefficient lors d’une réunion le 19 avril, auparavant complètement éclipsée par le lancement de la Super League.

La proposition de coefficient a depuis été modifiée après que les ligues nationales craignaient que les équipes ne sautent des rivaux avec un pedigree européen inférieur dans les places de qualification, mais Evain est surpris que essentiellement les mêmes propositions soient maintenant sur la table malgré les adversaires de la Super League confrontés.

“Adopter exactement les mêmes réformes que l’année dernière, ou avec quelques changements cosmétiques, n’envoie certainement pas le bon message”, a-t-il déclaré.

“La décision n’est toujours pas claire et il n’est pas trop tard pour que l’UEFA prenne la bonne décision. Et du point de vue de l’intégrité sportive, baisser le coefficient est la bonne décision.

“La performance nationale devrait être le seul critère (de qualification).”

Lorsqu’on lui a demandé s’il imaginait que les partisans protesteraient contre les réformes si elles étaient adoptées sous leur forme actuelle, il a répondu : “C’est difficile à dire. Le risque de cette réforme, c’est qu’elle est progressive, elle ouvre de temps en temps la porte à des sièges à coefficient et Dieu sait ce qui se passera dans quatre ans. C’est la mort par mille coupures.

“C’est la stratégie des grands clubs depuis des années de gagner progressivement un peu de terrain. Nous espérons que l’UEFA mettra un terme à cela, donc c’est définitivement hors de propos.”

Leave a Comment